S'identifier - S'inscrire - Contact

Que se passerait-il si ...
Explorations

Schrödinger's cat

Attributes and values : labels

Les Technorati, dans leur utilisation actuelle, sont des mots ou suites de mots, sans autre signification ou intention que celles qu'a pu vouloir la personne qui a posé un tag, ou celles que pourrait détecter une analyse statistique de l'usage du même tag. Ce flou n'empêche pas les tags d'être fort utiles. Voyons comment leur conférer un peu plus d'utilité.

Un tag est un descripteur unique. Vous aimeriez parfois, pour décrire plus finement une entité (réelle ou virtuelle), et surtout pour communiquer plus facilement cette description, utiliser plus d'un descripteur. Bien entendu, ces descripteurs seraient les vôtres (votre taxonomie personnelle et subjective). Pour communiquer à la fois votre description (ou utiliser la description d'une autre personne), et le côté personnel de la description, il faut aussi faire savoir (ou savoir) si tel descripteur est considéré comme plus important que tel autre par l'émetteur de la description. On aurait donc une structure de description, appelons-la Technorati qui comprendrait :

- plusieurs descripteurs. Par ex. vous choisiriez: "utile", "sympathique", "business", "années jazz" etc. C'est votre liste. Pour chaque entité à décrire, vous utilisez, à volonté, un ou plusieurs descripteurs personnels.

- vous devriez indiquer, par ex. sur une échelle de 0 à 9, l'importance qu'a pour vous tel critère (descripteur). Par exemple, "business -> importance 0", "années jazz -> importance 3".

- et enfin, pour telle entité que vous souhaitez décrire, vous devriez noter (toujours selon votre jugement personnel) l'intensité de la qualité décrite, par ex. sur une échelle de 0 à 9. Cela donnerait "sympathique -> intensité 9".

Un peu compliqué ? Prenons un exemple. Supposez que vous labelisiez votre chat. Cela pourrait donner :
Descripteur : sieste. Importance pour vous du concept sieste : 6. Intensité de la qualité sieste pour votre félin : 9.
Descripteur : sympathique. Importance : 1. Intensité : 9.
Descripteur : Mozart. Importance : 8. Intensité : 2.

C'est votre responsabilité de décrire le chat avec "sieste", "sympathique", "Mozart". Vous pensez que d'autres personnes qui liront ces attributs vous comprendront. Et d'autant plus que vous avez attaché à chacun des concepts une échelle personnelle d'importance. Enfin, vous émettez sur le chat un jugement de valeur. D'après vous, il est très sympathique. Comme vous attachez peu d'importance à la sympathie en général, peut être signalez vous le caractère sympathique du chat afin (par philanthropie ?) d'améliorer la connaissance objective des personnes qui liront la description du chat. Enfin, vous avez décrit le chat comme "peu Mozart", alors que le concept Mozart est important pour vous (mais seuls les gens qui vous connaissent bien savent ce que signifie pour vous Mozart).

Vous avez donc créé un label pour votre chat. Un label extrêmement personnel, avec des descripteurs flous. Ce label pourrait aisément être rattaché à une structure genre Technorati (par exemple pour nommer le chat, donner son âge, etc.) ou à un Technorati.

Vous avez également donné une valeur aux attributs tags (couples attribut - valeur). Et cela va grandement faciliter des traitements statistiques, afin par exemple de comparer les descriptions du chat faites par d'autres personnes, d'en tirer des enseignements plus complets sur le chat, et aussi sur ces personnes.

Le partage des labels (partage de descriptions d'une entité, mais aussi partage des attributs, etc.) comme le partage des tags ( Technorati) donne toute son utilité à l'attribution de labels. Ne serait-ce que parce que l'accumulation de valeurs à certains endroits des nuages de valeurs produit un sens plus précis, et en tout cas plus commun (partagé).

Plus un label circule (plus il y a de partage de descriptions d'une entité), plus il est utile. Prenez l'exemple d'un processus de recrutement : le candidat va être reçu par Untel1 du service Marketing, puis Untel2 du département Grands Comptes, etc. Il est souhaitable que les observations d'Untel1 soient transmises à Untel2, puis celles d'Untel1 et Untel2 à Untel3, etc. Une grille commune d'évaluation peut exister, mais comment faire entrer dans cette grille des critères personnels à chacun des évaluateurs ? Et comment faire connaître à un évaluateur l'importance des critères personnels des autres ? Le label (les labels attribués par les uns et les autres à la même entité, ici le candidat) semble un bon instrument pour intégrer, outre des critères objectifs, les nécessaires subjectivités des uns et des autres. Il est un outil collectif de création de consensus, nécessaire à toute communauté constituée ou virtuelle.

Le label peut, sur le Web (ou l'intranet, etc.) être représenté de façon graphique, aidant à une appréhension rapide.

Le label donne "autant" d'information sur l'entité décrite, que sur le (les) labeliseur(s).

Il y a de très nombreux usages possibles des labels. Produisant, grâce au partage des descriptions, des relations utiles entre entités, descripteurs, labeliseurs, etc.

Un autre exemple : la description / appréciation d'un projet. Monter un projet suppose le plus souvent de nombreux contacts, afin d'obtenir, sinon directement des moyens (financement, par ex.), du moins des témoignages. La collection de descriptions (labels) par les personnes rencontrées, transmise de proche en proche, permet :
- une adaptation plus rapide du projet à la réalité
- une production de contacts utiles (traitements, notamment statistiques, de certains attributs, pour retrouver par ex. des profils de personnes donnant la même importance à ces attributs).

Encore un exemple : dans les services de réseautage (LinkedIn, 6nergies, etc.) il devrait être essentiel de pouvoir apprécier l'importance d'un commentaire, en fonction du "label résultant" de la personne émettant un commentaire. Il devrait donc y avoir des algorithmes de "ranking" flou (un label est .... subjectif), en cascade comme le ranking des moteurs de recherche : le poids d'un lien vers un site dépend du poids des liens vers le site émetteur du lien, etc.

D'autres commnautés (voire ensembles virtuels d'entités) pourraient utiliser ces cascades. Et donner lieu à une nouvelle génération de moteurs de recherche.

Nous allons (nous y sommes déjà) vers l' Technorati. Les labels deviendront rapidement indispensables. Commençons l'expérimentation !

Et votre chat, dans tout ça ? Contrairement au chat de Schrödinger, plus on l'observe, plus il existe !




Tags et mots clés : Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati Technorati





Xavier Maury le 27.06.05 à 18:18 dans Créativité - Lu 5234 fois - Version imprimable
- Commenter -

Commentaires

Lien croisé

L'ouvre-boîte - Tags : attributs et valeurs : "st attribué ... à une entité. A cette entité peut être rattaché un nombre quelconque d'attributs. Ces attributs peuvent être, de façon non quelconque (i.e. : utile), dotés d'une structure (qu'on pense, par ex., à une structure XML, avec sa DTD, les traitements XSLT qui peuvent lui être rattachés, etc.). Une des structures les plus utiles peut être un label (voir comment labeliser le chat de Schrödinger), de façon à expérimenter puis propager l'économie de la réputation, aussi bien en ce qui concerne les personnes que diverses entités réelles ou virtuelles.Pour concrétiser une discussion lors d'un dîner ayant réuni quelques membres de l'ouvre-boîte : une expérience simple (prémice des "labels") consisterait, à un tag donn"

Anonyme - 28.06.05 à 00:44 - # - Répondre -

Lien croisé

Schrödinger's cat : "stephane le 03.01.06 à 20:15 dans Salade numérique" rel="nofollow"

Anonyme - 17.05.06 à 09:49 - # - Répondre -

Lien croisé

L'ouvre-boîte - Tags : attributs et valeurs : "st attribué ... à une entité. A cette entité peut être rattaché un nombre quelconque d'attributs. Ces attributs peuvent être, de façon non quelconque (i.e. : utile), dotés d'une structure (qu'on pense, par ex., à une structure XML, avec sa DTD, les traitements XSLT qui peuvent lui être rattachés, etc.). Une des structures les plus utiles peut être un label (voir comment labeliser le chat de Schrödinger), de façon à expérimenter puis propager l'économie de la réputation, aussi bien en ce qui concerne les personnes que diverses entités réelles ou virtuelles.Pour concrétiser une discussion lors d'un dîner ayant réuni quelques membres de l'ouvre-boîte : une expérience simple (prémice des "labels") consisterait, à "

Anonyme - 13.02.07 à 20:40 - # - Répondre -

Commenter l'article

Archives par mois